Centre Entraînement Close-Combat

Centre d'Entraînement au Close-Combat

Séance n°6: l’enroulement d’un bras

Dans la rue, 9 combats sur 10 vont au sol. Le (close)combattant passe donc du temps à s'entraîner aux techniques de grappling... Mais il apprend aussi à ne pas se complaire dans ce jeu techniques.

Dans la rue, 9 combats sur 10 vont au sol. Le (close)combattant passe donc du temps à s’entraîner aux techniques de grappling… Mais il apprend aussi à ne pas se complaire dans ce jeu techniques.

En ce lundi 6 octobre 2014 (qui soit dit par parenthèse est le date d’anniversaire de l’un des cadres de la section MILETTO, le fameux Maître L.), les élèves de close-combat parisiens ont suivi une séance plus technique que d’habitude.

Tandis que les derniers entraînement du lundi soir étaient indéniablement tournés vers le combat sous sa forme dynamique (en percussions et en « action-réaction), les moniteurs du CIP ont décidé hier soir de démontrer la cohérence techniques du close-combat.

A cet effet, l’instruction a commencé par la révision des techniques préparatoires au combat:

– le placage au sol (les mains viennent prendre la place des pieds…);

– le relever offensif (le « standing in base » des Marines);

– l’attaque de sentinelle 122-5 (en référence à l’article du Code pénal stipulant les conditions de la légitime défense).

Puis, en introduction,  il a été présenté une application opérationnelle de la technique vue précédemment avec l’ADO. Et la partie principale de la séance de close-combat a pu alors avoir lieu avec la démonstration (puis la pratique en 3 étapes) de:

– l’enroulement d’un bras (pour passer du Contrôle sternal supérieur de face au Contrôle sternal supérieur de dos).

L'enroulement d'un bras (depuis le Contrôle sternal supérieur).

L’enroulement d’un bras (depuis le Contrôle sternal supérieur).

Une fiche technique ultérieure viendra détailler les différents moments importants de cette technique de close-combat dont l’objectif est de permettre au combattant de ne pas s’attarder au sol. En effet, est-il besoin de rappeler qu’à la différence du MMA et du Combat libre, le but du close-combat n’est pas de se donner en spectacle, ni de donner à voir une mestria ou un savoir-faire. Mais bien de vaincre.

9 combats sur 10, sur la voie publique, vont au sol. Il importe donc d’être apte à agir (et à réagir) dans un affrontement où je n’ai plus mes pieds comme appuis mais mon dos et mes genoux. En revanche, il est aussi important de finir vite et de se relever sans perdre de temps…

Related posts

Séance n°24 (compte rendu)

Instruction menée par C. GEMELLI.  Orientation générale: rusticité/combat corps-à-corps.  Thème technique: le chin-jab de...

Les commentaires sont actuellement fermés.

Top